Connecter

Conférence

Trente Mars 1998, Trente Mars 2014, cela fait 16 ans que son altesse Abdou Balla Marafa est devenu Sultan du Gobir. Ainsi, le dimanche 30 mars prochain insha Allah, une importante cérémonie sera organisée à cette occasion. Le 30 Mars 1998, le Sultan avait prononcé un discours historique dans lequel il a relaté l’histoire du Gobir qui a débuté à Gubur (Al-Gubur en Arabe) une ville située dans l’actuelle Iraq au Nord de l’Arabie Saoudite.

La cinquième édition du Trophée International  de la Femme Active d’Afrique(TIFAA), a décerné un trophée à l’honorable sultan du Gobir, à l’occasion de la 37ieme Journée Internationale de la Femme. La cérémonie de remise du trophée s’est déroulée le samedi 08 Mars 2014 au Palais des congres, sous le haut patronage de la Première Dame, Dr. Issoufou Malika. Ce trophée est décerné, chaque année à tous ceux qui ont contribué à l’épanouissement de la femme.

Le weekend du 07 Octobre 2012, l’édition Hausa de bbc a diffusé une émission « Amsoshin Takardu » dans laquelle Sanoussi Tambari Jackou a donné l’histoire de Canton de Kornaka. Les réponses données par Jackou sont entachées d’erreurs, notamment en ce qui concerne la position géographique de Kornaka par rapport au sultanat du Gobir. Cette prise de position de Jackou par rapport à des faits historiques n’est pas dissociable au fait qu’il est ressortissant de ce canton.

Le pouvoir, l’acte de diriger n’est pas une notion étrangère à l’Islam ou qui lui est incompatible. Les différents prophètes que Dieu a envoyés à des époques différentes de la vie sur terre étaient des dirigeants des peuples pour qui ils étaient envoyés. Ils ont veillé à exécuter cette responsabilité dans le sentier de leur Seigneur.

Le pouvoir émane exclusivement de Dieu. Le Prophète Muhammad (SAW) lui-même n’a pas directement désigné quelqu’un à sa succession, et il ne pouvait pas être remplacé par un nouveau prophète car il est le sceau des Prophètes. A sa mort, ses compagnons ont désigné son plus proche compagnon, Abû Bakr, comme chef politique des musulmans, avec le titre de « successeur de l’envoyé de Dieu » (khalîfa rasûl Allâh).